Les nanoparticules, on en trouve un peu partout. Caractérisées par leurs petites tailles, elles sont utilisées le plus souvent dans le textile, l’alimentation ou encore les produits cosmétiques.

Objet de controverses, les nanoparticules représentent-elles un danger pour la santé ?

Tout savoir dans ce dossier complet.

 

Qu’est-ce que les nanoparticules ?

  
Les nanoparticules sont des particules de très petite taille. Ultrafines et plus petites qu’une cellule, elles mesurent généralement entre 1 et 100 nanomètres. Issues de diverses sources, les nanoparticules peuvent être soit :

  • naturelles : produites par des émissions volcaniques, la fumée, les poussières d’érosion, etc.
  • industrielles : conçues à l’aide de procédés chimiques. Sous la forme d’une poudre ou d’une solution, ces nanoparticules industrielles ajoutées à des produits, leur confèrent de nouvelles propriétés.

Où trouver les nanoparticules ?

Le dioxyde de titane, le noir de carbone, l’oxyde de fer, l’oxyde de zinc, sont parmi les nanoparticules les plus utilisées. Sous la forme d’additifs, on les retrouve dans les bonbons, les fonds de teint nacrés ou lissants, les dentifrices, les rouges à lèvres de longue tenue, les fards à paupières, etc.

 
Elles sont ajoutées à ces substances afin d’en accentuer la tenue, d’améliorer les effets de couleur ou la texture. En effet, les nanoparticules peuvent apporter plus brillance à un rouge à lèvres ou donner une couleur plus claire à une crème solaire.

 

 

 

Bien que l’utilisation de ces additifs en cosmétique fasse polémique, ils ne sont pas interdits. Ils sont tout de même soumis depuis 2013, à l’obligation d’étiquetage des nanomatériaux dans les cosmétiques.

Toutefois cette réglementation n’est pas toujours respectée par les industriels.

 

 

 

Les nanoparticules sont-elles des cosmétiques dangereux pour la santé ?

L’utilisation des nanoparticules dans les cosmétiques fait l’objet de diverses controverses. Du fait de leurs petites tailles, elles seraient capables de pénétrer rapidement la peau et atteindre les cellules et organes du corps. L’organisme incapable de les éliminer, les stocke. Ce qui, d’un point de vue sanitaire, inquiète.
Par ailleurs, passer de l’étape de molécule à une nanoparticule est une technologie assez récente.

Les conséquences sur la santé de l’homme et celle de l’environnement restent encore méconnues. Certaines études auraient prouvé que les nanoparticules les plus utilisées à savoir le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc, provoqueraient des cas de cancer chez le rat. Reste à savoir si les résultats seraient semblables chez l’homme.

D’autres liens établis, présentent les nanoparticules (le dioxyde de titane), comme responsables d’infections respiratoires. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a d’ailleurs interdit l’utilisation des nanoparticules dans les produits de grande consommation.

Comment éviter les nanoparticules ?

Il est conseillé d’éviter les produits à base de dioxyde de titane. Ceux-ci sont en effet des cosmétiques dangereux pour la santé. Vous pouvez y préférer les nanoparticules en oxyde de zinc, qui sont moins inquiétants.

Soyez également prudents quant à l’utilisation des crèmes solaires qui contiennent des nanoparticules.
Les poudres (bébé, de protection solaire, de maquillage), les produits en spray et ceux de longue tenue, doivent également faire l’objet d’une attention particulière.

produits cosmétiques dangereux pour la santé

Quant aux produits bio, ils sont censés ne pas contenir de nanoparticules. Mais il arrive que certains fabricants ne signalent pas les nanoparticules contenues dans les ingrédients et le vendent comme non nano.

Ainsi, il serait plus judicieux que les marques effectuent des tests en nanométrologie afin de contrôler l’absence de nanoparticules dans les produits.

Toujours est-il que nous devons faire preuve de prudence…