Une nouvelle vision du monde a incité l’industrie de la beauté à élaborer des cosmétiques éco-responsables. Avec les remaniements qui s’opèrent dans les plus grandes industries du monde dans le cadre de la protection de notre planète, le secteur de la cosmétique ne pouvait pas être en reste. Il se devait de réagir, pour contribuer à préserver un environnement habitable pour les générations futures.

Actuellement, on assiste à un retour progressif de cette industrie vers les principes actifs naturels pour les soins de beauté et vers des méthodes de fabrication très anciennes.

 

Des recettes de beauté dont faisaient usage nos ancêtresC’est assez marrant quand on se souvient qu’il y a 10 ans, on investissait abondamment dans la recherche de nouvelles molécules au détriment des précieuses recettes de beauté dont faisaient usage nos ancêtres.

Il n’est jamais trop tard de retrouver les bonnes manières et l’entreprise de la beauté l’a très bien compris.

Elle fournit de plus en plus de produits que l’on pourrait qualifier de cosmétiques éco-responsables.

Qu’est-ce qu’un cosmétique bio-responsable ?

 

Cosmétiques éco-responsables : les raisons de la renaissance d’un concept de beauté éco-protecteur jadis utilisé par nos ascendants.

 

Cosmétiques éco-responsables : les raisons de la renaissance d’un concept de beauté éco-protecteur.Ce retour vers le passé est sans doute lié aux alertes incessantes que nous entendons de plus en plus. En effet, les perturbateurs endocriniens issus de la chimie sont à l’origine de nombreux problèmes de santé.

Il est tout aussi vrai que la préférence des consommateurs oblige à adopter ce modèle. Ces derniers utilisent de plus en plus des produits de beauté aussi proche que possible des ingrédients naturels.

En effet, un récent sondage Nielsen révèle les préférences d’achat à près de 51 % des adultes âgés de 50 à 70 ans. Cette population préfèrent acheter plus cher un cosmétique si lors de la fabrication, les conséquences sur l’écologie ont été prises en considération.

Chez les 15 à 25 ans, ce chiffre est de 72 %. Ce qui est vraiment énorme. Cette tendance est confirmée par les firmes de beauté elles-mêmes.

 

La prise de conscience des grandes compagnies de la beauté.

La prise de conscience des grandes compagnies de la beauté

 

La directrice du département scientifique Caroline Nègre de chez Biotherm, révélait en avril dernier que la plupart des conseillères se sentaient particulièrement concernées. Ces dernières, lors de séminaires de formation, ont manifesté un intérêt certain de l’impact sur l’écologie des industries de cosmétique.

C’est ainsi que des décisions ont été prises sur tous les niveaux de la chaîne de fabrication. Par exemple, sur l’utilisation de matériaux de conditionnement faciles à recycler, l’emploi de certaines astuces pour réduire la consommation d’eau, etc… La COP 21 est certainement à l’origine de ce changement de mentalité. Cela ressemble au moins à une preuve comme quoi, tous les efforts entrepris par les gouvernements pour sauver notre planète ne sont pas vains.

Un autre témoin de prise de conscience est la réussite de la nouvelle entreprise innovante Oh My Cream de la jeune entrepreneuse Juliette Lévy. Son idée est de proposer uniquement des produits qui répondent au mieux aux exigences de sa clientèle. Elle a pu constater que le principal critère de sélection des cosmétiques concerne leur composition chimique. Les produits dont les formules de fabrication sont naturelles sont les plus prisés. Ce qui est embarrassant pour le public est surtout le fait de ne pas pouvoir bien déchiffrer les molécules que renferme chaque cosmétique à partir de la liste des ingrédients.

 

Formulation des produits cosmétiques éco-responsables

Formulation des produits cosmétiques éco-responsablesLes cosmétiques biologiques qui circulent sur le marché de la beauté ont une composition répondant à plusieurs cahiers des charges mis en place par les organismes portant intérêt sur la sécurité et la santé du consommateur.

Ces cahiers des charges ne font pas autre chose que recommander la pratique des gestes ancestraux. Ces pratiques ancestrales, nouveau mantra des Citadins, sont de plus en plus explorées dans les villes.

L’idée maîtresse est que tout ce qui provient de la nature ne serait pas toxique. Même si c’est oublier un peu trop facilement, les fruits de mer et les pollens. Ces produits regorgent de composants naturels notamment les allergènes, très hostiles à l’organisme humain. Voilà donc qui explique encore plus une nette montée en puissance des produits cosmétiques éco-responsables. Et figurez-vous que ces produits sont aussi bien exposés à la contrefaçon que leurs cousins, c’est-à-dire les cosmétiques ordinaires.

Dès lors, pour lutter contre ce plagiat, les produits de beauté respectant les cahiers des charges mentionnés plus haut portent un label (par exemple : Cosmebio, Ecocert, Nature, etc.). Ils peuvent ainsi être identifiés.

Les produits cosmétiques vegan : un label qui protège les animaux !