cheveux abimes

« Mes cheveux sont comme de la paille ! »

 

Vous vous posez des questions sur l’effet de la coloration chimique sur vos cheveux ? Vous allez découvrir que non seulement ses produits toxiques abîment durablement votre chevelure, mais qu’ils présentent en plus des risques pour votre santé. Sylvie Hampikian, expert pharmaco-toxicologue et co-auteur avec Alexandra Perrogon de « J’embellis mes cheveux », éditions Terre vivante, nous dit tout sur les risques liés à la coloration chimique et les solutions alternatives et réparatrices.

De quoi est fait un cheveu ?

Afin de bien comprendre le mode d’action des produits chimiques sur notre tête, il est important de connaître la structure d’un cheveu. Vous allez voir que les formules toxiques ont été pensées pour s’attaquer à chaque niveau de cette structure.

Un cheveu est composé de trois couches concentriques.

A l’extérieur, la cuticule, enveloppe très fine, est composée d’écailles disposées comme les tuiles d’un toit. Elle protège le cheveu.

Puis, le cortex, robuste, est constitué de cellules allongées qui contiennent des fibres de kératine et des pigments (mélanines). Ce sont eux qui donnent la couleur aux cheveux.

Enfin la moëlle, partie creuse, qui n’existe que dans les cheveux de gros diamètre.

pourquoi cheveux abimés

Anatomie d’un cheveu

Coloration permanente ou ton sur ton : des produits toxiques

Avant d’entrer dans le vif du sujet, distinguons deux types de colorations chimiques.

La coloration « ton sur ton »

Vous la connaissez peut-être sous le nom de « régé » ou « diacolor ». Elle agit en surface par absorption, sans pénétrer à l’intérieur de la fibre capillaire, et s’estompe en 4 à 8 shampooings ou en quelques semaines selon le procédé utilisé. Elle concerne environ 20% des colorations qui sont aujourd’hui pratiquées en France.

Parmi ses composants on trouve les composés azoïques et la famille des PPD (paraphénylènediamines).

La coloration permanente

C’est la plus pratiquée dans les salons de coiffure conventionnels et aussi la plus nocive. Cette coloration « d’oxydation », basée sur des réactions chimiques entre petites molécules qui ont lieu à l’intérieur du cortex du cheveu, est rendue possible par l’ouverture des écailles de la cuticule (procédé chimique).

Si vous regardez d’un peu plus près le mélange réalisé par le coiffeur avant de vous colorer les cheveux, vous verrez qu’il assemble deux flacons, le révélateur et l’oxydant.

Le révélateur : il contient deux composants qui préparent le cheveu à changer de couleur.

L’ammoniaque : c’est le composé basique qui sert à ouvrir les écailles.

Le peroxyde d’hydrogène : il décolore le cheveu en altérant la mélanine naturelle, et ce, même si vous recherchez une coloration plus foncée que votre nuance naturelle.

 

pourquoi cheveux abimés

Légende (de gauche à droite) : 1)peroxydation 2) et 3)dépigmentation 4)repigmentation

Attention aux produits « sans ammoniaque » ou « sans peroxyde » car cela peut signifier qu’ils ont tout simplement été remplacés par… des produits similaires !

L’oxydant : il contient les colorants, de petites molécules qui entrent à l’intérieur du cortex du cheveu. A l’intérieur, deux produits réagissent entre eux au sein du cheveu pour lui donner sa couleur définitive.

une base constituée notamment de PPD (paraphénylènediamine)

un coupleur, dont le plus connu est le résorcinol

Cheveux abîmés : les vrais risques des colorations chimiques

Les quatre principales substances contenues dans les colorations chimiques sont aussi les plus dangereuses pour la santé. Ammoniaque, peroxyde, PPD et résorcinol présentent tous un profil toxicologique peu rassurant.

En écartant les écailles de la cuticule et en oxydant les cellules du cortex, les colorations chimiques abîment durablement les cheveux qui deviennent secs et poreux.

constat d'un cheveu abimé

Porosité d’un cheveu visible au microscope

 

Si cela ne semble pas trop grave au premier abord, le problème vient ensuite du nombre de produits que l’on achète pour les réparer (shampoing, après-shampoing et masques). Ces soins à base, entre autres, de silicone, étouffent les cheveux et y déposent également des substances cancérigènes et des perturbateurs endocriniens (parabens) qui passent dans le sang.

L’autre problème, c’est que ces colorations sont posées sur toute la chevelure, y compris sur le cuir chevelu dont elles altèrent les cellules. Puissants oxydants et sources de radicaux libres, leurs composants pourraient favoriser la chute des cheveux et leur blanchiment.

Enfin, des « accidents de coloration » plus graves surviennent avec les colorations chimiques chez le coiffeur ou avec des colorations achetées en grande surface (chute massive de cheveux par exemple).

 

Les produits toxiques à éviter :

  • Ammoniaque, ainsi que les produits de substitution qui agissent sur le même mode (produits “sans ammoniaque”)
  • Péroxyde d’hydrogène, et produits de substitution (mention “sans peroxyde”)
  • PPD (paraphénylènediamine)
  • Résorcinol

 

Soins naturels pour réparer les cheveux abîmés et colorés

La coloration végétale

En plus de colorer durablement les cheveux grâce aux tannins qu’elle contient, la coloration végétale constitue un soin à part entière.

Parmi ses constituants, on trouve :

Indigo et Katan : ils pénètrent dans le cortex, mais sont sans danger pour la santé

Henné, noyer, garance, amla, jatropha, cassia etc. : ils agissent en se déposant sur la cuticule et en se fixant au cheveu grâce à une réaction chimique naturelle facilitée par le henné (colorant et fixateur).

A lire : A QUOI RECONNAIT-ON UNE COLORATION VEGETALE ?

Avant d’appliquer une coloration végétale, il convient de réaliser une détoxination par des masques à l’argile, afin de retirer tout résidu de coloration chimique (un masque par semaine pendant un mois par exemple).

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour vous tourner vers les meilleurs soins et colorations pour vos cheveux et votre santé globale.